Séance du 26/01/2021

Pour cette séance nous avons poursuivi le thème de la fin de vie.

 

Nous avons eu de nombreuses questions ainsi que des idées :

-Distinguer capacité à décrire lucidement sa fin de vie et souhaits irrationnels

-Qui doit décider en dernière instance ? Le parent, ses enfants, les autres proches, son tuteur, son médecin, une équipe pluridisciplinaire, le juge …

-Comment définir un ordre de priorité ? Il y a un risque avec les proches pour des raisons financières. Il faut un maximum viser à une à une entente collective.

-Quelles places donner aux directives anticipées ?

-Peut-on concevoir des tests psychologiques pour évaluer le degré de lucidité d’un patient dans ses demandes d’accélérer sa fin de vie ?

-Il vaut mieux aménager le suicide en milieu hospitalier que d’imposer aux gens des conditions de suicide violente et traumatisantes pour les proches 

-Hypothèse de hiérarchisation :

1) Le patient est apte à décider (sur avis psychiatrique). Il faut que la maladie soit douloureuse, résistante aux antalgiques, par défaut le profites à la vie

2) Les proches, de préference unanimes, avec des moyen de contrôle quant aux motivations pour éviter la captation d'héritage 


Imprimer