Séance du 06/10/2020

Aujourd'hui la GPA est encore source de débat.

Celui-ci a mené à des certitudes pour tous comme notamment la nécessité d’un encadrement légal pour éviter tout ce qui est violence, pression ou autre.

La comparaison avec la vente de gamètes, de sang ou d’organes a été de rigueure.

La GPA nécessite une clause, celle d’avoir un premier enfant de soi.

 Pour finir, le débat c’est ouvert :

  • Comment traiter la question des pressions intra-familiales, même en cas de GPA altruiste ?
  • Les mères porteuses sont-elles indispensables ?
  • Hommes et femmes sont-ils aussi légitimes à trancher la question de la GPA ?
  • Qu’es qui construit le lien : les gènes, la grossesse ou l’éducation ?

Imprimer